Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 19:53

     C'est désormais officiel, la Chine, deuxième puissance mondiale, a un nouveau président. Elu jeudi par le parlement, Xi Jinping a d'ailleurs effectué son tout premier discours solennel ce dimanche.

 

 ALeqM5jxnlpmUNiqg4dRdIhgni-U6zhrTQ

Le nouveau et l'ancien Premier ministre Li Kegiang et Wen Jiabao derrière le président Xi Jinping le 15 mars 2013 au Palais du Peuple à Pékin (AFP, Wang Zhao)

 

     Xi Jinping. Retenez bien ce nom car c'est l'homme que le parlement chinois a élu à la présidence de la République jeudi. Li Keqiang lui, a été désigné chef du gouvernement le lendemain. Et c'est sans véritable surprise, que cette transition au pouvoir s'est établie.

     Effectivement, l'Etat chinois étant soumis au Parti communiste - parti unique - Xi Jinping et Li Keqiang, respectivement numéro un et deux, étaient fortement pressentis pour diriger le pays. Le Parlement a donc simplement approuvé les décisions du Parti communiste chinois (PCC), prises en novembre dernier.

     Ce qui est sûr, c'est qu'à 59 ans, Xi Jinping endosse le titre de chef de l'Etat et dispose ainsi de toutes les rênes du pouvoir pour les dix prochaines années. Toutefois, il ne décidera pas seul du destin du pays le plus peuplé au monde puisqu'il devra constamment chercher à obtenir un consensus au sein du comité permanent du Bureau politique du PCC, organe suprême.

     En tous les cas, le nouveau chef d'Etat ne manque pas d'idées ni d'ambition quand il s'agit de l'avenir de son pays. Il annonçait même ce dimanche, lors de son premier discours : nous allons "continuer à nous battre pour la cause du socialisme aux couleurs de la Chine et pour réaliser le rêve d'une grande renaissance de la nation chinoise". "Tous les soldats et officiers de l'Armée populaire et de la police militaire chinoise doivent, guidés par le Parti, être capables de remporter des combats et avoir pour objectif une armée forte et disciplinée" continuait-il devant les délégués de l'Assemblée nationale populaire (ANP).

     Li Keqiang a ensuite donner sa première conférence de presse où il s'est notamment pencher sur des questions économiques. L'occasion d'afficher son discours résolument libéral : "Ce que le marché peut faire, on doit le laisser davantage au marché. Ce que la société peut bien faire, on doit le laisser à la société", et au gouvernement de "s'occuper de ce qui lui revient". Il s'est également engagé à une redistribution plus équitable des bénéfices de la croissance et à un combat "sans relâche" contre la corruption, le fléau national à tous les niveaux du parti unique et de l'administration (AFP).

     A noter que le premier voyage à l'étranger de Xi Jinping en tant que président de la République est prévu d'ici la fin du mois où une visite officielle à Moscou suivie d'une tournée en Afrique devrait avoir lieu.

                                                                                                                                          K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Politique
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 20:08

Le conseil constitutionnel a publié ce jeudi, les chiffres définitifs de l'élection présidentielle. Retour sur les résultats officiels du second tour opposant Nicolas Sarkozy et François Hollande.

 

1 139 983 votes auront suffi pour départager les deux candidats au second tour des élections présidentielles. C'est donc en obtenant 51.6 % des voix que François Hollande devient le septième président de la cinquième république et succède au président sortant, Nicolas Sarkozy, qui aura recueilli 48.4 % des suffrages. Un écart relativement faible quand on s'aperçoit que le nombre de bulletins blancs ou nuls s'élèvent à plus de 2 millions. Ainsi, environ 5.80% des votants n'ont choisi ni François Hollande, ni Nicolas Sarkozy. Un nombre jugé comme "très important" par le conseil constitutionnel tandis que l'écart entre deux candidats lors d'un second tour n'a jamais été aussi faible durant la cinquième république, mis à part le 19 mai 1974. Effectivement, ce second tour vu Valéry Giscard d'Estaing l'emporter avec 50.81% des votes contre 49.19% pour François Mitterrand.

 

A noter que ce second tour du 6 mai 2012, comporte quelques similitudes avec celui du 7 mai 1995 opposant Lionel Jospin et Jacques Chirac. En effet, sans parler de la date presque similaire et du fait que ce sont dans les deux cas un homme de gauche face à un homme de droite, les résultats sont relativement proches (J.Chirac : 52.64% / L.Jospin : 47.36 /// F.Hollande 51.6% / N.Sarkozy 48.4%). Autre ressemblance, le taux d'abstention de 1995 est de 20.34% et n'est que faiblement supérieur à celui du 6 mai avoisinant 19%. Plus flagrant encore, le pourcentage des électeurs ayant voté blancs ou nuls sont pratiquement du même acabit avec 5.97% en 1995 et environ 5.80% en 2012. Seul le fait que François Hollande remporte ce scrutin présidentiel différencie réellement le 7 mai 1995 et le 6 mai 2012.

 

En effet, contrairement au représentant du parti socialiste, Lionel Jospin, qui s'est incliné en 1995, François Hollande s'est imposé. Il est d'ailleurs, de ce fait, devenu le deuxième président de gauche de la cinquième république après François Mitterrand et le seul à le devenir dès sa première participation en tant que candidat à une élection présidentielle.

 

La passation de pouvoir entre le nouveau président et le président sortant aura lieu mardi à 10 heures.

 

                                                                                                                                                                           K.G

 

 

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Politique
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 18:45

2,02 €. C'est le prix d'un litre de super 95 que proposait un garage parisien il y a quelques jours. Un prix encore jugé comme inatteignable il y a de cela quelques mois. Pourtant, Christophe de Margerie, PDG de Total, l'avait prédit, il y a près d'un an, et indiquait, dans un entretien, au Parisien - Aujourd'hui en France "le super à 2 euros, cela ne fait aucun doute. La vraie question, c'est quand ? Il faut espérer que cela n'arrive pas trop vite". Mais le PDG de Total n'est pas le seul à espérer que les prix à la pompe cessent de flamber. Les automobilistes sont eux aussi excédés par le prix du carburant, et ceci, les candidats aux élections présidentielles l'ont bien compris...

 

A si peu de temps du premier tour des élections, les candidats s'efforcent de trouver une solution à la hausse inéluctable du prix des carburants. En effet, les Français jugent déterminants les prix à la pompe comme en témoigne l'enquête de Toluna réalisée pour le magazine LSA de jeudi dernier, révélant que près d'un Français sur deux (49.8 %) estime que son vote pourrait être influencé par les propositions des candidats pour faire baisser le prix des carburants.

Pour commencer, François Bayrou a estimé que la solution à la hausse des prix à la pompe serait de "travailler sur le raffinage" qu'il ne juge "pas assez concurrentiel". Il a aussi ajouté "une partie [du prix du carburant] provient des taxes qui sont très importantes en France mais je ne vois pas qui va diminuer ces taxes alors que le budget de l'Etat est dans un tel état de déshérence. Personne ne prendra cette responsabilité". Et pourtant, c'est ce que propose François Hollande qui s'est déclaré favorable à un "blocage temporaire du prix de l'essence" ainsi qu'a un "rétablissement de la TIPP flottante qui permettrait de limiter l'effet des variations du cours du pétrole brut sur les prix à la pompe. Une solution que rejette Nicolas Sarkozy, affirmant que réduire de 2 centimes par litre la TIPP coûterait un milliard d'euros à l'Etat, et soulignant que "ce milliard, qui le paierait, si ce n'est le contribuable ?". Ce dernier incitant les Français à faire jouer la concurrence, a expliqué qu'il y a "des gens qui profitent de l'augmentation du pétrole" et a conseillé au Français de ne pas y aller mais de préférer "acheter [...] là ou c'est moins cher".

Plus récemment, le président-candidat a démontré vouloir faire baisser les carburants à court terme en étant prêt à puiser dans les réserves stratégiques de pétrole de la France.

Malgré ces propositions, Marine Le Pen estime que "Nicolas Sarkozy et François Hollande font preuve d'une légèreté coupable sur cette question" et promet de baisser de 20 centimes par litre environ, si elle accède au pouvoir. Elle qui n'admet pas que "l'automobiliste soit l'éternelle vache à lait du gouvernement", s'engage à réduire la TIPP de 20 % en la compensant par une sur-taxation des grands groupes pétroliers et gaziers.

Nicolas Dupont-Aignan souhaite lui, diminuer le carburant de 10 centimes par litre en ponctionnant les bénéfices des pétroliers et en baissant les taxes (4 centimes sur les bénéfices de Total, 4 centimes en baissant la TIPP et 2 centimes sur la TIPP attribuée aux régions). A noter que le candidat de Debout la République souhaite que l'Etat reprenne 33% du capital de Total.

Mélenchon lui va plus loin puisqu'il désire renationaliser Total dans le but de "diminuer la part des bénéfices que font les groupes pétroliers" et souhaite, tout comme François Hollande, plafonner le prix de l'essence. Nathalie Arthaud a elle déclaré, qu'il était nécessaire de "se servir dans les marges des pétroliers".

De plus, Eva Joly pratique une démarche plus écologique qu'économique en encourageant les automobilistes à développer une conduite économe ainsi qu'a développer des modes alternatifs (Marche, transports en commun, vélo...)

 Les électeurs n'ont plus que l'embarras du choix et trois semaines pour réfléchir...

                                                                                                                                K.G



Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de larticleduweekend
  • Le blog de larticleduweekend
  • : Le concept de ce blog est de profiter de mon temps libre en publiant un article chaque week-end. Je suis étudiant en première année d'AES et souhaite depuis le collège, devenir journaliste. Bien que ces articles soient amateurs, je considère ce blog comme un entraînement et les rédiger me permet d'acquérir une certaine expérience. J'aborderai certains thèmes qui me passionnent comme l'économie, la politique, le sport... Bonne lecture, et au week-end prochain !
  • Contact

Profil

  • Kévin Gaignoux
  • Je suis étudiant en première année d'administration économique et sociale et me passionne pour l'économie, la politique, le sport... Je souhaite devenir journaliste.
  • Je suis étudiant en première année d'administration économique et sociale et me passionne pour l'économie, la politique, le sport... Je souhaite devenir journaliste.