Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 11:34

     Ouest France l'annonçait ce vendredi, "l'université de Rennes 2 manque de place et s'est lancée dans un imposant programme de rénovation et de création de nouvelles structures". Cependant, ce n'est pas le seul moyen que l'université a trouvé pour pallier à ce manque de place...

 

     En effet, "des mesures de sectorisation pour l'accès en 1ère année de Licence ont été votées [...] pour l'année 2013-2014" peut-on lire sur le site de l'université. En clair, sur des critères géographiques, qui se basent sur le lieu d'obtention du baccalauréat, certains étudiants n'auront pas le droit de s'y inscrire. Et cela concerne une bonne partie des étudiants français puisque le secteur se limite aux quatre départements bretons.

     Néanmoins, ces mesures votées par le CA de l'université, s'inscrivent - selon le site internet - "dans le but d'améliorer les conditions d'études dans certaines disciplines", probablement jugées trop importantes au niveau des effectifs. Cette sectorisation s'applique donc aux filières Arts du spectacle, Arts plastiques, Information-communication, Langues étrangères appliquées (Anglais-Espagnol) et Psychologie (hors enseignement à distance). La filière STAPS de Rennes, elle, n'accueillera en priorité, que les candidats en provenance d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

     Les étudiants ayant obtenu leur baccalauréat hors de de la Bretagne ont toutefois la possibilité d'envoyer des demandes de dérogation qui seront étudiées en juin.

     Ce qui est sûr, c'est que si l'on en croit cette sectorisation et le réaménagement annoncé par Ouest France (Rennes 2 veut rénover et agrandir son campus), l'université Rennes 2 a vraisemblablement décidé de remédier au manque de place.

     A noter, que Rennes 1, pour la rentrée 2013, autorise seulement l'inscription en droit aux élèves de l'académie de Rennes et en PACES (Première année commune aux études de santé) aux bacheliers issus des départements 35, 22 et 56 (sauf dérogation).

                                                                                                                                              K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Ille-et-Vilaine
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 17:22

     Vendredi et samedi, dans le cadre d'un forum intitulé "Changer l'économie : mode d'emploi", avaient lieu neuf conférences à l'espace culturel Les Champs Libres, à Rennes. Plusieurs rencontres, débats, animations et projections se sont déclinés durant ces deux jours autour d'une même problématique : changer et améliorer l'économie.

 

     Contrôle de la finance, crise de la zone euro, préoccupations écologiques... Une grande partie des questions économiques et sociales du moment, ont été traités à l'occasion de ces deux journées. Et ce forum, organisé par le magazine "Alternatives Economiques" et l'Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), a vraisemblablement plu aux habitants du bassin Rennais. Effectivement, Les Champs Libres, pourtant capables d'accueillir 450 personnes dans la salle Hubert Curien, se sont, à plusieurs reprises, trouvés dans l'obligation de refuser l'entrée à quelques curieux venus, eux aussi, prendre part aux débats.

                                                   changerleconomie3

     Les neuf conférences se sont réparties dans le café des Champs Libres, la Cantine Rennaise ainsi que dans la salle Hubert Curien. Il y était notamment question de finance, d'inégalités, d'écologie, de l'Europe... Les thèmes étaient donc diversifiés et pouvaient aussi bien, être traités à l'échelle locale qu'à l'échelle mondiale. Ils étaient de plus, animés par de véritables spécialistes. D'où sans doute, l'intérêt que les Rennais ont porté à l'évènement.

     On retrouve notamment, parmi les conférences les plus plébiscitées, "La France dans la Mondialisation" où différents économistes, dont Daniel Cohen,  se sont par exemple demandés si il fallait poursuivre dans la voie du libre-échange. "Face aux inégalités, quelle égalité promouvoir ?" où des spécialistes, dont le directeur de l'Observatoire des inégalités, Louis Maurin, se sont penchés sur la question. "Comment changer l'Europe ?" où des experts en la matière, avec la participation du démographe et historien de la famille, Emmanuel Todd, ont cherché des réponses à la question. Ou encore "Comment contrôler la finance ?" où deux professeurs d'économie en université et Pierre Valentin, directeur général du Crédit Coopératif, ont proposé des solutions dans le but de contrôler cette finance devenue prépondérante, et ainsi la replacer au service de l'économie.

     Malgré une certaine complexité parfois nécessaire, les Rennais semblent globalement avoir apprécié cette initiative qui a permis de traiter en profondeur certaines questions fondamentales souvent aborder de façon trop superficielle. En ces temps de crises, Rennes et ses alentours ne semblent donc pas échapper à la tendance observée sur le territoire qui montre que les Français se préoccupent de plus en plus de l'économie et de la manière de l'améliorer.

                                                                                                                                           K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Ille-et-Vilaine
commenter cet article
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 12:19

     A l'heure où monnaie rime avec unique au sein de la zone euro, de plus en plus de territoires n'hésitent pas à instaurer leur propre monnaie. C'est notamment le cas de l'Ille-et-Vilaine qui souhaite mettre en place une monnaie solidaire, complémentaire à l'euro : le galléco.

 

     Il faudra toutefois, encore patienter un peu pour utiliser le galléco. En effet, le conseil général a décidé de débuter l'expérimentation de la monnaie à partir de 2013 au sein de 3 secteurs (les pays de Redon et de Fougères ainsi que le canton de Rennes Centre). Les plus impatients eux, vont pouvoir satisfaire leur curiosité ce week end, lors du 21ème salon Ille-et-Bio, à Guichen, où une billetterie est installée afin d'effectuer le change en gallécos. Ce salon est aussi et surtout l'occasion, pour les responsables du projet, de faire la promotion de la future monnaie auprès des entreprises (qui pourront adhérer à la charte grâce à leurs pratiques sociales et environnementales).

     Effectivement, l'expérience du sol (monnaie solidaire introduite dans plusieurs régions de France) ayant échouée à Rennes, le département semble déterminé à faire du galléco une véritable réussite. C'est d'ailleurs pour cette raison que le conseil général a décidé de matérialiser la monnaie locale sous forme de billets et d'en simplifier le système.

                                                   GallecoiIllebio217 8115d83f415390effa850094dc7fd2b5-fr

 

     Ce système est en effet, facilement compréhensible. Il suffira aux citoyens attirés par cette initiative, de se rendre à l''une des banques partenaires (notamment le Crédit mutuel de Bretagne, le Crédit coopératif, le Crédit agricole et la Caisse d'épargne) et d'y échanger une somme en euros contre l'équivalent en gallécos. Il est également probable qu'un petit bonus soit octroyé à partir d'une certaine somme, par exemple, lors de l'échange, 20€ pourront sûrement correspondre à 21 gallécos.

     Mais alors, mis à part ce mince bonus, quel est l'intérêt d'échanger nos euros en gallécos ? En fait, l'objectif principal de cette action est selon le département, de "dynamiser l'activité et l'emploi et (de) relocaliser l'économie". En d'autres termes, un citoyen qui va consommer en gallécos dans un commerce, adhérant à la charte, va inciter le commerçant à rémunérer ses fournisseurs, ses salariés ou lui-même avec la monnaie solidaire. Les personnes payés de cette manière, devront à leur tour dépenser ces gallécos au niveau local, etc. Et cette boucle pourrait ainsi créer de la valeur sur le territoire.

     De plus, comme l'affirme Jean-Yves Praud, vice-président du conseil général chargé de l'économie sociale et solidaire, "cette démarche prend tout son sens dans la crise économique et financière que nous traversons" puisque le galléco sera une monnaie non spéculative attachée aux échanges réels. Le département, sur son site internet, ajoute également que cette approche de l'économie locale pourra "favoriser l'accès de tous à des produits de qualité et à une consommation responsable" ou encore "créer du lien social autour d'un système d'échanges commun", etc.

     Néanmoins, cette opération pourrait plutôt s'apparenter à une bonne action quelque peu anecdotique, prônant des pratiques respectueuses de l'homme et de l'environnement, plus qu'a une véritable dynamisation de l'économie locale. A moins qu'elle rencontre véritablement un grand succès et que de nombreux consommateurs d'Ille-et-Vilaine se joignent à cette initiative.

     Cela dit, on s'aperçoit qu'il existe, depuis quelques années, une incontestable émergence de ces monnaies locales complémentaires. C'est par exemple le cas du Sol Violette à Toulouse qui rencontre un succès notable et inattendu. D'autres, sont en cours de lancement, comme la future monnaie de Nantes, dont le nom n'a pas encore été trouvé. Mais le phénomène n'est pas spécifique à la France, il y a par exemple, dans le quartier de Brixton, au sud de Londres, une monnaie locale (Brixton Pound) qui existe depuis 2009 et qui a également pour but d'inciter les habitants à consommer localement. 

     Ainsi, il semblerait que ce phénomène de monnaies locales est en passe de devenir banal et propre à chaque département, ville, voire même quartier. C'est donc d'un point de vue global, la traduction d'un régionalisme bel et bien présent en opposition à la mondialisation que l'on connaît.
                                                                                                                                               K.G
Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Ille-et-Vilaine
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de larticleduweekend
  • Le blog de larticleduweekend
  • : Le concept de ce blog est de profiter de mon temps libre en publiant un article chaque week-end. Je suis étudiant en première année d'AES et souhaite depuis le collège, devenir journaliste. Bien que ces articles soient amateurs, je considère ce blog comme un entraînement et les rédiger me permet d'acquérir une certaine expérience. J'aborderai certains thèmes qui me passionnent comme l'économie, la politique, le sport... Bonne lecture, et au week-end prochain !
  • Contact

Profil

  • Kévin Gaignoux
  • Je suis étudiant en première année d'administration économique et sociale et me passionne pour l'économie, la politique, le sport... Je souhaite devenir journaliste.
  • Je suis étudiant en première année d'administration économique et sociale et me passionne pour l'économie, la politique, le sport... Je souhaite devenir journaliste.