Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 12:47

      2ème de Bundesliga, finaliste de la Champions League et de la Coupe d'Allemagne... Le Bayern Munich version 2011-2012, pourtant auteur d'une bonne saison, n'était pas parvenu à décrocher un seul titre et signait ainsi, une nouvelle saison blanche. Néanmoins, la victoire en début de saison face à Dortmund (2-1) à l'occasion de la Supercoupe d'Allemagne, semble avoir donné une toute autre dynamique à cette saison...

 

      Et si 2013 était enfin l'année du Bayern ? C'est sans doute ce que se disent les supporters bavarois, qui ont de bonnes raisons d'y croire. En effet, le Bayern, ultra dominateur tout au long de la Bundesliga, vient d'être sacré ce samedi champion d'Allemagne dès la 28ème journée. Un record. Mais attention, car ce titre, qui ne figurait plus dans le palmarès du club depuis la saison 2009-2010, ne pourrait être que le début d'une saison exceptionnelle.

img-heynkces-porte-en-triomphe-1365269873 620 400 crop arti

Heynckes et ses joueurs. Une image de joie que l'on risque de revoir au cours de la saison.

 

     Avec déjà 2 titres à son actif (Supercoupe d'Allemagne et Bundesliga), le club Munichois pourrait même faire un carton plein. Encore en lice en Coupe d'Allemagne (demi-finale), les bavarois ont également pris une option pour la demi-finale de la Champions League en s'imposant 2-0 face à la Juve. Et cette coupe aux grandes oreilles, qui échappe au club depuis 2001, signerait une consécration européenne et permettrait la réalisation d'une saison parfaite.

      Un titre qui est loin d'être inaccessible vu la forme du moment. Comme en témoigne la punition infligée à Hambourg samedi dernier (9-2). De plus, déjà finaliste l'an dernier contre Chelsea (voir résumé), le Bayern semble encore meilleur cette saison.

Défensivement très solide (13 buts encaissés en 28 journées de championnat), l'équipe de Jupp Heynckes produit un jeu séduisant et n'a rien à envier aux meilleures équipes européennes, offensivement parlant. Aucune équipe allemande n'a d'ailleurs réussi à garder sa cage inviolé face au club cette saison. En bref, le Bayern réunit tous les arguments pour remporter la Champions League.

     Et si vraiment une équipe devait prendre le dessus sur les bavarois, ce serait sans doute le Real Madrid. Effectivement, le PSG, la Juve, Malaga et Dortmund, bien que talentueux, ne semblent pas au niveau cette saison pour remporter la compétition. Le Barca lui, si l'on en croit les résultats à l'aller face au Milan AC (2-0) et au PSG (2-2), ne paraît pas aussi transcendant qu'il l'a été auparavant.

     Rendez-vous donc à Wembley, le 25 mai prochain pour (peut-être) assister au sacre de l'une des meilleures saisons du Bayern. Comme quoi dans le football, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas...

                                                                                                                                                                               K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Football
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 22:58

     Le Stade Rennais n'a pas fini de surprendre le football Français. Depuis quelques années, l'équipe de Frédéric Antonetti ne manque pas une occasion de briller par son irrégularité. Et même si le club Breton est conscient du problème, cette saison 2012-2013 ne semble pas faire office d'exception...


 120923142342258 99 000 apx 450

     Il y a moins d'un mois, le Stade Rennais créait l'exploit en s'imposant au Parc des Princes à 9 contre 11, d'une manière presque héroïque (1-2). Le club pensait alors pouvoir créer une dynamique et s'appuyer sur ce match référence en terme de combativité. Mais dès la journée suivante, les Rennais, méconnaissable, s'inclinait à domicile (0-1) face à Evian Thonon Gaillard, 18e de ligue 1. Pourtant, ce n'était pas faute d'avoir été prévenu. A l'issue du match contre le PSG, Fredéric Antonetti, désormais habitué à l'inconstance de son équipe, déclarait même : "j'espère que ça a été un déclic pour la suite, parce que ça ne sert à rien de gagner ici si c'est pour gâcher après." Une nouvelle fois, les "Rouges et Noirs" démontraient leur incapacité à confirmer suite à une bonne performance.

    Le SRFC avait donc à coeur de se racheter en réalisant une semaine exemplaire. Et c'est ce que les Bretons ont fait, certes avec difficultés, mais en se qualifiant tout de même, pour la demi-finale de la coupe de la ligue face à Troyes (2-1). Puis en récidivant, trois jours après, au stade de l'Aube en remportant (2-3) avec envie et grâce à un soupçon de réussite, un match pourtant mal engagé (2-0 à la mi-temps). Cette semaine avait ainsi, révélé un groupe soudé et impliqué, capable de renverser la vapeur d'un match, avec caractère.

     Toutefois, si le Stade Rennais commence à faire preuve de caractère à l'occasion de certains matchs, un travail conséquent reste à faire en terme de rigueur. En effet, ce samedi lors du derby face à Brest, les joueurs Rennais sont retombés dans leurs travers et ont laissé échapper deux points qui, avec davantage de concentration, auraient dû être acquis. Effectivement, après deux buts successifs de Féret et d'Alessandrini, et donc un score de 2-0 à 20 minutes de la fin, les "Rouges et Noirs" se sont quelque peu décontractés. Relâchement que les Brestois n'ont pas hésité à saisir en réduisant le score dans la foulée, puis en égalisant à la 86e minute.

     En bref, après s'être imposé héroïquement face au PSG, le club Breton, incapable de confirmer après une bonne prestation, s'est paradoxalement incliné face au 18e de ligue 1. Puis, soucieux d'oublier rapidement cette contre-performance est, pour la première fois de la saison, parvenu à gagner un match en ayant subi l'ouverture du score (à Troyes). Ceci avant de laisser naïvement filer deux points la semaine suivante contre Brest.

     On pourrait d'ailleurs se demander si la défaite ne serait pas le moteur de ce club. Comme si leurs victoires n'étaient dû qu'a des réactions post-déception et qu'après avoir réagi une certaine suffisance s'installait à nouveau, donnant lieu à des défaites, les faisant à nouveau réagir, etc. Le vrai problème semble réellement être cette absence d'une culture de la gagne. L'exemple le plus flagrant reste celui de la demi-finale de coupe de France face à Quevilly. Suite à cette défaite impardonnable, le SRFC avait effectué une série de trois victoires (face à Nice, Brest et Ajaccio), redonnant un espoir de qualification pour la Ligue Europa, avant de s'effondrer en engrangeant seulement 3 points sur quatre matchs. 

     De plus, cette équipe a clairement tendance à créer des exploits en s'imposant face aux plus grosses écuries tout en ayant du mal à sortir victorieux de matchs dont elle est favorite. C'est donc également le challenge qui semble faire avancer cette équipe.

     Il est en tout les cas incontestable que, depuis quelques saisons maintenant, les supporters Rennais assistent au même scénario, dans lequel leur équipe allie exploits et déconvenues sans jamais parvenir à être régulier. Cette irrégularité rend d'ailleurs très difficile le passage d'un cap au SRFC.

     Les joueurs de Frédéric Antonetti sont donc capables du meilleur comme du pire, et devront passer par la rigueur et la constance pour véritablement prendre une autre dimension.

                                                                                                                                            K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Football
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 23:56

     Ce dimanche soir, au Vélodrome, avait lieu le fameux classico de la ligue 1 opposant l'Olympique de Marseille au Paris Saint-Germain. Au terme d'un match animé (surtout en première mi-temps), les deux clubs se sont séparés sur un score de parité (2-2).  

 

                        OM-PSG-l-avant-match-en-DIRECT sport home alaune

 

    Le classico a donc tenu toutes ses promesses ! Du moins en première mi-temps... En effet, si lors de la seconde période les joueurs ont accusé le coup physiquement, la première fût incontestablement digne des plus grands classicos Européens. Avec 4 jolis buts, de la tension, des rebondissements, de l'intensité, et un stade en ébullition, tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette première période un réel spectacle.

    Mais si le spectacle était au rendez-vous, c'est aussi et surtout grâce à la superstar du PSG, Zlatan Ibrahimovic, ainsi qu'au ressuscité André-Pierre Gignac, tous deux auteurs d'un doublé. Le buteur Marseillais fût le premier à s'illustrer en plaçant une frappe croisée à la 17ème minute et ouvrit ainsi le bal d'un quart d'heure sensationnel. 6 minutes plus tard, Ibra répondit du tac au tac en reprenant puissamment de la semelle un corner et en inscrivant ainsi un but tant improbable que splendide. Toutefois le Suédois ne s'est pas arrêté là puisqu'il donna l'avantage au club de la capitale, seulement 2 minutes après avoir égalisé, sur un coup-franc direct imparable. Enfin, dans le prolongement euphorique de ce quart d'heure, Gignac reprenant un corner d'une tête rageuse récompensa les efforts Marseillais consentis tout au long de la première mi-temps.

     Effectivement, si les but du PSG de ce soir furent intimement liés aux exploits d'Ibrahimovic, les buts des locaux eux, furent le fruit d'un travail collectif (bien qu'il furent tous deux conclu par Gignac). Autrement dit, il semble indéniable que le PSG aurait perdu sans la présence du géant Suédois, ce qui est moins facile d'affirmer avec certitude à propos des phocéens.

    Néanmoins pour revenir au match en lui même, après ce quart d'heure de folie, les ardeurs des deux équipes s'estompèrent quelque peu (même si il y eut une action de part et d'autre). Cependant, on pouvait croire que le classico etait lancé...

     Pourtant, dès la reprise, l'intensité du rythme diminue et le niveau s'abaisse à un match de ligue 1 médiocre. Le PSG monopolise globalement le ballon mais les deux équipes semblent vouloir éviter la défaite à tout prix. Et les quelques occasions n'y changent rien ; l'OM et le PSG, respectivement 1er et 2ème du classement, partagent les points et se quittent sur un score nul.

     Les deux clubs peuvent toutefois se contenter de ce score de parité. Le PSG n'étant jamais véritablement rentré dans le match, tandis que l'OM reste en tête du championnat et maintient le club de la capitale à distance.

     Le bilan au niveau footballistique reste lui mitigé puisque seule une mi-temps (voir un quart d'heure), certes de haut niveau, aura déterminé l'issue du match et valait vraiment la peine d'être regardée.

                                                                                                                                              K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Football
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 20:33

Défaits sur quatre de leurs cinq matches de préparation, battu face à Lyon pour l'entame de la saison, puis contre Bordeaux ce dimanche, le Stade Rennais commence à préoccuper.

 

Les deux premières journées de Ligue 1 n'ont fait que confirmer les multiples contre-performances du club breton lors des matches de préparation ainsi que conforter les doutes à propos de la saison à venir. Le Stade Rennais opposé certes à deux grosses écuries (Lyon puis Bordeaux), inquiète par ses résultats mais surtout par son jeu. Une défense peu rassurante, des automatismes difficilement perceptibles, une attaque stérile... Un bilan fort préoccupant lorsque l'on sait que l'effectif du club est quasiment le même que la saison passée.

Conserver une équipe presque identique à celle de la saison dernière ne semble d'ailleurs pas être le choix le plus judicieux qu'ait effectué la direction du club. En effet, avec une sixième place décevante et une élimination inexcusable en demi-finale de coupe de france face à Quevilly, la saison dernière aurait dû être le déclencheur d'une intersaison pleine de changement. Pourtant, seuls les arrivées de Sadio Diallo et de Romain Alessandrini en provenance du SC Bastia et de Clermont Foot ont été comptés jusqu'à présent.

Frédéric Antonetti a beau affirmé que "tout peut arriver" jusqu'à la fin du mercato, il reste désormais moins de 20 jours aux dirigeants Rennais pour rendre cette équipe compétitive afin de jouer le haut de tableau et ainsi éviter au club de tomber dans le ventre mou du championnat.

                                                                                                                                                K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Football
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 18:34

Le SC Bastia, l'AC Ajaccio ainsi que le Gazélec Ajaccio ont chacun brillé durant cette saison 2011-2012. Retour sur une saison haute en couleur pour les Corses.

 

Une chose est sûre, cette saison marquera l'histoire du football Corse. En effet, après une relégation en 2005 du SC Bastia en ligue 2 puis en National en 2010, et une relégation en 2006 du Gazélec Ajaccio en CFA et de l'AC Ajaccio en Ligue 2, difficile de prévoir une si belle saison quelques années plus tard.

 

Pourtant, c'est bel et bien une saison 2011-2012 exceptionnelle qu'ont réalisé les trois clubs principaux de l'île de beauté.

 

Effectivement, l'AC Ajaccio avait tout d'abord, montré l'exemple la saison dernière en retrouvant la Ligue 1. Néanmoins, après un début de saison délicat, les espoirs de se maintenir parmi l'élite, semblait compromis. Malgré cela, les Ajacciens sont parvenus à éviter la relégation lors de la dernière journée en s'imposant face à Toulouse (2-0) et ont ainsi, atteint leur objectif de début de saison.

 

La Ligue 1 va donc retrouver, la saison prochaine, le derby emblématique Corse opposant l'AC Ajaccio et le SC Bastia puisque le SCB retrouve à son tour l'élite Française. 20 ans après le drame de Furiani, les Bastiais sont non seulement promus en Ligue 1 aux cotés de Reims et de Troyes, mais remportent également le titre de champion de Ligue 2 avec 71 points.

 

Le Gazélec Ajaccio, sans doute le moins attendu des trois clubs, s'est lui offert une seconde place de National, synonyme d'accession en Ligue 2 seulement un an après avoir atteint la National. Toutefois, ce passage de CFA à Ligue 2 en deux ans n'est pas la seule performance ayant attiré l'attention sur le club. Le club Ajaccien s'est en effet distingué par son incroyable épopée en coupe de France se terminant en demi-finale face au vainqueur de l'édition, l'Olympique Lyonnais.

 

C'est donc sans aucun doute avec plein d'espoir et une grande impatience que les Corses attendent la saison prochaine et les retrouvailles entre leur football et le haut niveau.

 

                                                                                                                                                                                         K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Football
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 23:54

Il aura donc fallu attendre ce 19 mai 2012, pour voir Chelsea remporter la première ligue des champions de son histoire. Sur la pelouse de l'Allianz Arena, à Munich, les Londoniens se sont imposés face au Bayern Munich aux tirs au but (3-4).

 

Cette 57ème finale de la prestigieuse compétition fut finalement palpitante. En effet, malgré 50 minutes qui ne furent pas des plus passionnantes, même si il y eut quelques occasions telles que la frappe de Robben déviée sur son montant par Petr Cech, le match prit une toute autre dimension par la suite.

120519235705547 18 000 apx 470

Le scénario devint assurément plus excitant à partir du but de Franck Ribéry logiquement refusé pour une position de hors-jeu à la 54ème minute. S'en suivirent, de nombreuses occasions et un but de Müller reprenant de la tête un centre de Kroos à la 83ème minute. Un but venant récompenser une domination territoriale Bavaroise et qui, à 7 minutes de la fin du temps réglementaire, semble synonyme d'une cinquième coupe aux grandes oreilles dans l'histoire du Bayern. C'était sans compter sur la combativité et la pointe de réussite des Blues et de Didier Drogba qui, sur un corner tiré par Mata à la 88ème minute, fait trembler les filets grace à un coup de tête rageur.

 

1-1 au coup de sifflet de l'arbitre, les deux équipes, déjà quelques peu émoussées, n'ont pas d'autres choix que de disputer 30 minutes supplémentaires. Dès la 93ème minute, Didier Drogba, qui aura effectué un travail défensif exemplaire jusque là, tacle maladroitement Ribéry par derrière dans la surface de réparation. L'arbitre indique logiquement le point de penalty. Robben s'élance et frappe sur la gauche de Cech qui capte le ballon et rend le scénario encore plus improbable. Tout semble possible dans le reste de cette prolongation, pourtant aucune des deux équipes ne prendra le dessus.

 

Les deux équipes doivent donc se mesurer à la cruelle séance de tirs au but pour se départager. Mata pour les Londoniens, Olic et Schweinsteiger pour les Munichois, manquent leur tir au but. Didier Drogba, encore lui, comme un signe du destin, a, de ce fait, la possibilité d'offrir à Chelsea sa première coupe aux grandes oreilles. Il ne manque pas cette occasion et délivre ainsi tout un club.

 

A noter que jeudi, l'Olympique Lyonnais a remporté l'édition féminine de la compétition face à Francfort sur la pelouse du stade olympique de Munich (2-0) sous les yeux de plus de 50 000 spectateurs. Après une entame de match relativement difficile, les Lyonnaises ont ouvert le score à la 15ème minute sur pénalty grace à Eugénie Le Sommer, puis aggravé la marque à la 28ème par l'intérmédiaire de Camille Abily. Elles remportent ainsi, pour la deuxieme fois consécutive, la Ligue des Champions.

 

                                                                                                                                                                                         K.G

Repost 0
Published by Kévin Gaignoux - dans Football
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de larticleduweekend
  • Le blog de larticleduweekend
  • : Le concept de ce blog est de profiter de mon temps libre en publiant un article chaque week-end. Je suis étudiant en première année d'AES et souhaite depuis le collège, devenir journaliste. Bien que ces articles soient amateurs, je considère ce blog comme un entraînement et les rédiger me permet d'acquérir une certaine expérience. J'aborderai certains thèmes qui me passionnent comme l'économie, la politique, le sport... Bonne lecture, et au week-end prochain !
  • Contact

Profil

  • Kévin Gaignoux
  • Je suis étudiant en première année d'administration économique et sociale et me passionne pour l'économie, la politique, le sport... Je souhaite devenir journaliste.
  • Je suis étudiant en première année d'administration économique et sociale et me passionne pour l'économie, la politique, le sport... Je souhaite devenir journaliste.